image sur laquelle est écrit en avant plan : "quelles sont les causes du surendettement ?"

Quelles sont les causes du surendettement ?

Par Pierre Leblanc, CPA, CMA, CIRP, SAI - 

image surlaquelle est écrit en avant plan "quelles sont les causes du surendettement ?"

Dans cet article, vous allez découvrir quelles sont les principales causes de surendettement au Canada.

Ô mon cher Canada, ma chère terre de dettes !
Si vous vivez au Canada, il y a de très grandes chances que vous ayez des dettes qui planent autour de vous pendant votre sommeil et qui attendent uniquement votre réveil pour remplir votre esprit de stress et d’anxiété. Encore que si vous avez pu dormir, vous êtes déjà chanceux, car nombreux sont ceux qui n’y arrivent pas. En effet, près de 51 % des Canadiens affirment avoir perdu le sommeil à cause de problèmes de dettes.

L’endettement est presque inévitable au Canada. D’ailleurs, à la fin de l’année 2021, les chiffres de statistiques Canada indiquent que le ratio d’endettement moyen du ménage canadien était de 186,2 %. En d’autres termes, cela signifie 186 $ de dettes pour chaque 100 $  de revenu.

C’est à dire si le surendettement est un fléau au Canada. Or, le premier grand pas pour trouver une solution à un problème est d’en connaître les causes. C’est ce que nous allons faire dans cet article.

Quelles sont les causes du surendettement ?

La surconsommation

Aujourd’hui plus que jamais, nous vivons dans une ère d’hyperconsommation. En effet, on n’achète plus pour combler un besoin, mais plutôt parce qu’on nous incite à l’acheter. D’ailleurs les professionnels du marketing font usage de multiples tactiques, souvent vicieuses, pour vous inciter à payer des choses dont vous n’avez pas besoin.

La conséquence de cette surconsommation est le gaspillage. Nous prenons presque plaisir à faire du gaspillage et cela dans tous les domaines de notre vie. Là où c’est plus flagrant, c’est dans notre alimentation. Par exemple, au Canada, plus de 31 milliards de dollars sont jetés par la fenêtre du fait du gaspillage alimentaire.

Nous n’achetons plus parce que nous en avons besoin, mais juste pour nous montrer que nous pouvons le faire.

La pression sociale

La pression sociale  est également un facteur qui peut favoriser la première cause de surendettement qui est la surconsommation. Parce que Monsieur et Madame Y ou Z ont telle chose, nous devons également l’avoir ou avoir plus qu’eux. On peut également entendre des termes du genre “tout le monde achète ça donc moi aussi je dois l’acheter, c’est tendance”. Sauf que nous n’avons pas tous les mêmes problèmes, les mêmes revenus et donc le même pouvoir d’achat. 

Les professionnels du marketing ayant compris cela ont recours au levier de la pression sociale pour vous faire acheter plus et encore plus. Ils ont par exemple  recours aux célébrités pour vendre leurs produits et services. Ça s’appelle l’appartenance sociale. Ou ils vous disent que c’est la tendance et que tout le monde achète ce produit ou ce service. Ainsi, ils insinuent subtilement à votre subconscient que si vous n’achetez pas le produit, vous serez exclu de la société.

À partir du moment où vous calquez votre vie sur le niveau de vie de vos proches, les difficultés financières ne sont pas loin.

La facilité d’accès au crédit

Cette cause de surendettement a également pour conséquence directe la surconsommation. Or, il est de plus en plus facile d’obtenir un emprunt au Canada. En effet, nous avons déjà les institutions financières émettrices de cartes de crédit, de marge de crédit et de ligne de crédit qui se multiplient de jour en jour. Par conséquent, elles mènent entre elles une compétition farouche dans laquelle tous les moyens pour vous appâter sont bons. C’est généralement avec des avantages tels que des taux plus bas, une meilleure souplesse dans le remboursement ou une obtention rapide.

Hormis les produits typiques des institutions financières traditionnelles, beaucoup d’autres produits plus faciles à obtenir se sont répandus. Je peux prendre l’exemple du prêt sur salaire qu’on retrouve partout. C’est un prêt que vous pouvez  obtenir sans enquête de crédit en moins de 24h. Cette facilité d’obtention vient avec des risques énormes qu’il faut que vous cerniez afin de ne pas vous détériorer davantage votre situation financière.

Aussi, aujourd’hui, certains commerces vous donnent la possibilité d’acheter à crédit. Vous voyez de quoi je parle n’est-ce pas ? Les fameux programmes « achetez maintenant, payez plus tard ». Ce sont des incitations à l’achat qui viennent également avec leur lot de dangers

Vous l’aurez compris, tout est fait pour que vous puissiez acheter même si vous n’avez pas d’argent.

Les frais d’intérêts et de pénalités

Accepteriez-vous de payer beaucoup plus que ce que coûte un article en magasin ?
Eh ben sachez que c’est ce que vous faites lorsque vous maintenez un solde sur vos cartes de crédit. En effet, à mesure que les taux d’intérêt augmentent et que le solde de votre dette s’accroît, le coût du maintien de cette dette devient encore plus important. Il ne faut pas beaucoup de temps pour que vos paiements mensuels deviennent inabordables.

Une bonne gestion des dettes exige donc de la discipline. Par exemple, évitez les frais de retard et les frais d’intérêt en évitant de maintenir un solde sur vos cartes. Si vous avez un solde, assurez-vous de payer à temps chaque mois pour éviter les frais de retard.

Les causes professionnelles

La perte de travail est l’une des principales causes de surendettement des ménages canadiens. Lorsque vous n’avez plus de revenu ou qu’il est réduit, il est extrêmement difficile de joindre les 2 bouts. Et lorsque cela arrive, la solution première vers laquelle nous avons tendance à nous tourner pour les dépenses essentielles est le crédit. Normal, vu qu’il est de plus en plus facile d’en obtenir. Puisque vous n’avez pas assez de revenus pour subvenir à vos besoins essentiels, encore moins pour payer vos dettes, vous vous enfoncez dans le sable mouvant des dettes.

Pour éviter ce problème, maintenez votre ratio d’endettement à un niveau faible. Aussi, songez à mettre de l’argent de côté pour couvrir les dépenses en cas d’urgence. C’est la raison pour laquelle il vous faut absolument mettre sur pied un fonds d’urgence pendant que vous n’avez pas de problèmes financiers. C’est en temps de paix qu’il faut préparer les périodes troubles.

Les causes familiales

Tout changement au sein d’une unité familiale peut changer la donne pour ce qui est de la gestion du budget. Cela peut avoir des conséquences sur le quotidien, et subséquemment, sur les dépenses journalières. Et ce, qu’il s’agisse d’une séparation, d’un divorce, d’un veuvage, d’une naissance ou d’un problème de santé.

Prenons le cas de la naissance d’un enfant par exemple. C’est certainement un heureux évènement. Toutefois, il ne faut pas oublier qu’il s’accompagne souvent de dépenses considérables. En effet, un bébé a des besoins particuliers dont les prix des produits sont souvent très élevés.

Cette fois, voyons cela sous la perspective d’une séparation ou d’un divorce. Vous devez savoir que les frais d’un divorce sont très coûteux. En effet, vous avez de nombreuses dépenses qui accompagnent un divorce. Par exemple, vous avez les :

  • honoraires des avocats ;
  • dépenses liées au déménagement et à la nouvelle installation ;
  • salaires du notaire et bien d’autres.

Une séparation ou un divorce a des conséquences directes sur les finances de chaque ex-conjoint. En effet, le budget du foyer se voit diviser par deux. Ce qui fait que tout ce qui était soutenu par 2 sources de revenus est désormais sous la coupe d’une seule source. Par conséquent, si le remboursement de dettes s’inscrit dans ce schéma, il peut entraîner un des conjoints dans le surendettement.

Ce n’est pas un hasard si au Canada, environ 15 % des cas d’insolvabilités ont pour source une séparation.

Notre comportement face à l’argent

Nos habitudes d’utilisation de notre argent sont également de grandes causes de surendettement. Il y a 2 paramètres qu’on néglige, mais qui ont une importance capitale. Il s’agit de la mauvaise utilisation de nos cartes de crédit et la négligence des petites sommes.

Avez-vous remarqué que le fait d’effectuer des achats avec la carte de crédit donne l’impression que votre argent ne diminue pas ? C’est normal puisque vous ne puisez pas dans votre argent pour effectuer les paiements. En fait, le fait de ne pas voir l’argent partir à l’œil nu trompe le subconscient. Ça donne le sentiment d’être tout le temps solvable. 

Outre la mauvaise utilisation des cartes de crédit, nous avons tendance à minimiser les petites dépenses. Or le petit café quotidien de 3 $ qu’on néglige donne un manque à gagner de 90 $ par mois et de 1080 $ sur l’année. Il est très facile de jeter un billet de 5 $ par-ci par-là. En revanche, nous réfléchissons plusieurs fois avant de dépenser un billet de 100 $.

Les addictions

Il y a différents types d’addiction. Il y a d’abord les addictions aux jeux de hasard et les achats compulsifs.

Gardez une chose à l’esprit lorsqu’il en vient aux jeux de hasard. Même si vous êtes en veine, la maison finit toujours par gagner. Par conséquent, vous finissez toujours par perdre. Et si vous êtes un joueur à problèmes, vous allez facilement vous retrouver avec des dettes écrasantes. L’addiction aux jeux est une dépendance comme l’alcoolisme ou la toxicomanie. Cela nécessite donc une aide professionnelle.

Les symptômes d’addiction aux jeux comprennent le fait de mentir à ses proches sur le fait que vous jouez. Il va de soi que vous allez essayer de cacher vos dettes et d’accumuler plus de dettes après une perte. Si cela vous ressemble ou ressemble à quelqu’un que vous aimez, cherchez dès aujourd’hui une aide professionnelle.

L’achat compulsif est un trouble du comportement qui pousse une personne à acheter sans pouvoir se maîtriser. L’acheteur compulsif n’a aucun contrôle sur ce qu’il fait et peut dépenser une fortune sans pouvoir s’arrêter. Ces comportements sont exécutés jusqu’à l’atteinte d’un calme intérieur. Il faut comprendre que dans bien des cas, le stress ou l’anxiété est le moteur de ces comportements nocifs financièrement parlant.

L’achat compulsif est un problème grave et qui doit être pris au sérieux. La personne touchée par ce type de problème a les moyens pour financer ses achats au départ. Puis, à la longue, les dépenses peuvent devenir si conséquentes qu’il lui sera difficile de les supporter. Sur le long terme, ce trouble émotionnel peut mener à l’endettement. 

Une dette d’étudiant énorme

Le coût de l’enseignement supérieur est très élevé au Canada. Par conséquent, il est presque obligatoire de s’endetter pour rentrer à l’université. Ainsi, une fois votre diplôme en poche, vous allez consacrer une bonne partie de vos premières années professionnelles à tenter de payer votre dette. Or ces premières années, vous devez normalement les consacrer à construire votre patrimoine. Vous démarrez donc dans le négatif au lieu de débuter à zéro.

Le résultat final est que vous finirez par retarder vos étapes financières ou pire encore, par endommager votre crédit dès le départ parce que vous ne pouvez pas faire face à vos obligations.

Manque de connaissances financières

Les gens se retrouvent parfois endettés parce qu’ils ne comprennent pas bien les principes de base des finances personnelles. Prenez le temps de vous renseigner sur les produits financiers et sur vos responsabilités. Prenez également le temps de vous assurer que vous avez le bon produit de crédit pour vos besoins.

Quelles sont les solutions au surendettement ?

Chaque fois que vous avez un problème, vous devez d’abord essayer de le régler par vous-même avec le minimum de ressources avant de songer à passer à d’autres solutions. D’abord vous devez faire le point en faisant un budget pour déterminer les ressources à votre disposition. Puis vous optez pour une des stratégies de remboursement à savoir la méthode avalanche ou la méthode boule de neige. 

Si l’optimisation de votre budget familial ne règle pas le problème, là vous devez passer à la vitesse supérieure qui est la restructuration de vos dettes. Il y a plusieurs moyens pour restructurer vos dettes. Là, vous devez commencer par celle qui a le moins d’impact sur votre cote de crédit. Voici les solutions de restructuration que vous pouvez utiliser pour combattre le surendettement :

  1. Négociez avec vos créanciers.
  2. Faites un transfert sur une carte de crédit ayant un taux plus faible.
  3. Consolidez vos dettes.
  4. Faites un dépôt volontaire.
  5. Utilisez la proposition de consommateur.
  6. Rebâtissez votre santé financière grâce à la faillite personnelle.

Dans les grandes lignes, voici comment vous devez vous y prendre pour sortir du surendettement. Vous pouvez en apprendre davantage sur ces solutions en jetant un coup d’œil à l’article qui vous montre comment sortir de l’endettement.

Si vous voulez une analyse personnalisée de votre situation financière afin de voir les solutions les plus appropriées, vous pouvez organiser une rencontre gratuite avec un conseiller du Groupe Leblanc pour une évaluation de votre situation. Tout cela se fait GRATUITEMENT !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Réserver une rencontre gratuite

Consultez gratuitement un de nos experts en règlement de dettes afin de disposer du meilleur accompagnement face à vos créanciers dans votre combat contre les dettes

Je veux faire le meilleur choix pour combattre mes dettes