Pour obtenir une solution à vos dettes par téléphone ou vidéoconférence

Comment les paiements minimums vous enfoncent dans l’endettement ?

Par Pierre Leblanc, CPA, CMA, CIRP, SAI - 

image d'une carte de crédit

Cet article est l’article le plus compréhensif que vous puissiez trouver sur les paiements minimums en 2021.

Vous souhaitez :

  • Maîtrisez les tenants et les aboutissants des paiements minimums des cartes de crédit ;
  • Découvrir les secrets que vous cachent les institutions émettrices de cartes de crédit sur les paiements minimums ;
  • Découvrir la façon dont les paiements minimums de vos cartes de crédit vous enfoncent dans le sable mouvant de l’endettement.

Si tels sont vos souhaits, arrêtez tout ce que vous faites, car vous êtes tombés au bon endroit au bon moment. Vous allez adorer les informations sur les paiements minimums que je vous fournirai dans cet article.

C’est bon ? Vous avez arrêté tout ce que vous faites ?

Sans plus tarder, plongeons dans les profondeurs du paiement minimum.

Qu’est-ce que le paiement minimum ?

Près de 75 millions de cartes de crédit Visa et Mastercard étaient en circulation en 2019. C’est dire que le Canada fait partie des pays qui utilisent le plus de cartes de crédit. À ce propos, Statistique Canada indique que le taux de surendettement des Canadiens était de 170 % en décembre 2020 pendant que celui des Québécois tournait aux alentours de 156 %. Ce qui classe les Canadiens parmi les citoyens les plus endettés des pays membres de l’OCDE (Organisation pour la Coopération et le Développement Économique).

Qu’est-ce que donc le paiement minimum de la carte de crédit ?

Il s’agit du remboursement minimum mensuel que vous pouvez effectuer pour payer une dette contractée via votre carte de crédit. En d’autres termes, le montant mensuel minimum acceptable par votre institution émettrice de votre carte de crédit. De fait, en vous acquittant de ce montant vous êtes considéré comme étant en règle par rapport aux remboursements de vos créances.

Si vous voulez aussi, c’est la portion du solde de votre carte que vous devez rembourser pour être en bons termes avec votre créancier.

Pourquoi ma carte de crédit dispose-t-elle d’un paiement minimum ?

Les institutions financières émettrices de carte de crédit vous imposent un remboursement minimum mensuel pour de multiples raisons. Parmi elles :

  • Prouver que vous disposez de la capacité de remboursement pour vos dettes ;
  • Prouver que vous êtes une personne fiable qui veut vraiment rembourser ses dettes ;
  • Disposer d’un moyen pour vous retenir. En d’autres termes, pour allonger votre période de remboursement afin que vous puissiez payer plus.

Nous allons surtout nous intéresser à ce dernier point dans les prochaines sections.

Comment les paiements minimums font en sorte que je m’enracine plus dans l’endettement ?

Vous êtes surendettés ?

Vos comportements financiers ainsi qu’une multitude de facteurs peuvent en être la cause. Toutefois, la principale cause est une combinaison du duo mortel suivant :

  • Dépenses excessives ;
  • Accumulation de taux d’intérêt élevés.

Pas besoin de vous faire un schéma ! Si vous dépensez plus que ce que vous gagnez, vous sombrez dans l’endettement.

Voici techniquement comment le paiement minimum vous enfonce dans le cycle vicieux de l’endettement.

Bien entendu, vous devez d’abord comprendre intégralement le fonctionnement de la carte de crédit. Je vous le conseille fortement.

Supposons que vous disposiez d’une carte de crédit et que vous optiez pour une stratégie de remboursement axée sur le paiement minimum. En faisant cela, vous remboursez surtout les intérêts plutôt que le montant dû.

Or, plus le solde (montant dû) de votre carte est élevé plus les intérêts sont également élevés. N’oubliez pas que les intérêts sont appliqués au solde restant sur la carte de crédit.

Laissez-moi vous mettre dans une situation réelle pour que vous puissiez mieux comprendre.

Supposons que vous ayez une dette de 1 000 $ sur une carte de crédit ayant un taux d’intérêt de 20 %. Ce qui donne des frais d’intérêts annuels de 200 $. Rapporté au mois, ça donne 16,67 $ d’intérêts. Si vous effectuez que le paiement minimum mensuel de 3 % du solde dû, ça vous fait un remboursement du solde de 30 $. Vous y ajoutez les intérêts, vous avez un versement mensuel de 46,67 $ que vous effectuez.

Ainsi, en effectuant un versement de 46,47 $, vous diminuez le solde de votre carte de seulement 30 $. À présent, imaginez que ce soit pour une dette de 10 000 $. Cela signifierait que sur un versement mensuel de 464 $, votre solde diminue de 300 $ seulement. C’est aberrant !

C’est la raison pour laquelle ça peut vous prendre des dizaines d’années pour rembourser le solde de votre carte de crédit.

Pourquoi les banques ne veulent-elles pas que vous ayez toutes les informations sur le crédit ?

Oui, vous l’avez bien compris, les banques et les institutions émettrices de carte de crédit ne cherchent peut-être pas nécessairement votre bien-être financier. Quoiqu’elles peuvent vous venir en aide, gardez à l’esprit que leur objectif principal est de se faire de l’argent en vous prêtant de l’argent.

En effet, plus les paiements mensuels que vous effectuez sont petits, plus la durée afin de vous libérer de votre dette est longue. Plus la durée est longue, plus le taux d’intérêt que gagne votre institution financière est élevé.

Or, les banques et les institutions financières se taillent la presque totalité de leurs revenus par les intérêts que payent les consommateurs. Vous comprenez donc que la mission de la banque auprès de laquelle vous avez obtenu votre carte de crédit n’est pas votre éducation sur le crédit ou votre éducation financière.

En fait, il s’agit de tout le contraire. Moins vous êtes éduqué sur le crédit et les produits financiers québécois, mieux c’est pour ces institutions financières qui pourront se faire de l’argent à vos dépends.

Ne vous en faites pas, vous n’êtes pas seuls. Mon unique mission est de fournir aux Québécois toutes les informations possibles sur les produits financiers du Québec. En fait, le but que je recherche est que chaque Québécois puisse combattre l’endettement en prenant une décision éclairée et informée.

Et le gouvernement dans tout ça, que fait-il pour protéger les consommateurs ?

Le gouvernement et les paiements minimums ?

Ne vous en faites pas, le gouvernement a également entrepris des actions concrètes afin de protéger les citoyens québécois et canadiens contre le surendettement. À ce propos, l’Assemblée nationale a adopté à l’unanimité de nouvelles mesures par rapport à la Loi sur la protection du consommateur en 2017. Ces changements visent à prévenir le surendettement des Québécois et des Canadiens.

Ainsi, ces nouveaux changements législatifs stipulent que le paiement minimum des dettes de carte de crédit soit de 5 % du solde dû contre 2 % avant 2019. Par conséquent, depuis le 1er août 2019, tout nouveau contrat d’acquisition de carte de crédit vient avec un paiement minimum de 5 % du solde dû.

Qu’en est-il de ceux qui ont conclu leurs contrats avant le 1er août 2019 ?

La Loi sur la protection du consommateur a prévu un système d’augmentation graduelle si vous avez conclu votre contrat de carte de crédit avant le 1er août 2019.

Ainsi, les textes législatifs prévoient une augmentation d’un demi-point chaque année jusqu’à atteindre le seuil des 5 %. Par conséquent, le paiement minimum d’une carte de crédit au Québec sera de :

  • 3 % à compter du 1er août 2021 ;
  • 3,5 % à compter du 1er août 2022 ;
  • 4 % à compter du 1er août 2023 ;
  • 4,5 % à compter du 1er août 2024 ;
  • 5 % à compter du 1er août 2025 ;

Pourquoi le gouvernement a-t-il apporté des changements à la Loi sur la protection du consommateur ?

Ces nouvelles mesures servent à protéger les Québécois et les Canadiens contre le surendettement. D’ailleurs, comme l’affirme le porte parole de l’Office de la Protection du Consommateur Charles Tanguay sur Radio-Canada, c’est une première qu’une autorité gouvernementale s’immisce dans la régulation des paiements minimums. Ce n’est que la conséquence du surendettement chronique des Canadiens.

En outre, par le biais de l’office de la protection de consommateur, le gouvernement produit toute sorte de contenu afin de sensibiliser les Québécois contre le coût excessif que pourrait représenter une stratégie de remboursement axée sur les paiements minimums. Vous pouvez également user du calculateur du site de l’office ou du nôtre pour avoir une idée du coût de votre carte de crédit selon le solde, le taux d’intérêt et votre stratégie de remboursement.

Je vous donne un exemple pour vous montrer que cette augmentation du taux minimum est déjà un  grand pas en avant.

Supposons que vous laissez de côté les craintes ou embûches liées à la Covid 19. Vous décidez donc de vous payer un séjour dans le sud pour des vacances bien méritées. Vous utilisez votre carte de crédit ayant un taux de 18 % pour cela. L’intégralité du séjour vous revient à 5 000 $.

Si vous optez pour le paiement minimum à 2,5 %, cela vous donnera un versement mensuel de 125 $. En poursuivant ce rythme, ça risque de vous prendre 25 ans et 3 mois pour vous acquitter de cette dette. Et il y a pire ! En effet, vous aurez 6 684,88 $ d’intérêts à payer. En gros, pour un séjour dont le coût est de 5 000 $, vous payez 11 684 $ juste parce que vous avez opté pour le paiement minimum.

Même situation, différente stratégie de remboursement cette fois. Votre paiement minimum est de 5 % soit 250 $. Ça vous prendra 9 ans et 4 mois pour vous acquitter de cette dette qui vous coûtera 1 948,57 $ en intérêts. En gros, ça vous reviendra à 6 948,57 $. Vous voyez donc que cette mesure législative vous fait gagner dans cette situation plus de 4 500 $. Aussi, vous vous acquittez de votre dette 16 ans plus tôt.

Pourrai-je donc m’en tenir qu’aux paiements minimums avec ces nouvelles mesures ?

Je vous le dis clairement, NON !

Plus vite vous pouvez rembourser le solde de votre carte, plus vous économisez de l’argent. Toutefois, c’est plus facile à dire qu’à faire. En effet, la situation financière de chacun a un poids prépondérant.

Par exemple, je tombe facilement sur des individus ayant un salaire mensuel situé entre 2 000 $ et 5 000 $. Ces mêmes individus traînent avec eux des dettes de carte de crédit ou de prêts bancaires de l’ordre de 50 000 $.

Même si le taux d’intérêt de ces dettes est de 15 %, cela fait 625 $ de frais mensuels d’intérêts. Et dites-vous que je suis clément en prenant 15 % comme taux. En effet, le taux habituel se situe entre 18 % et 29,9 %. Si vous ajoutez à ces 625 $ le paiement minimum du solde, ça fait 2 500 $ que vous ajoutez aux 625 $. Ce qui vous donne 3 125 $.

Vous voyez donc pourquoi il est si difficile pour certaines personnes d’effectuer leurs paiements minimums. Au début, ils essayent en prenant une avance de fonds sur une carte de crédit pour rembourser le solde d’une autre carte. À la longue, ils finissent par céder, car l’avance de fonds est plus coûteuse en intérêt que l’achat régulier par carte de crédit.

Quelle est donc la solution ?

La première solution que je propose est d’essayer d’abord de faire un budget. Toutefois, à ce stade cela sera probablement inutile. Si ça ne marche pas, vous pouvez porter votre choix vers la consolidation de dettes. Elle vous permet de regrouper toutes vos dettes en une seule dette. En troisième position, il y a le dépôt volontaire qui vous permet de verser une partie de votre salaire à la cour pour régler vos créanciers. Néanmoins, si vous êtes dans la situation que j’ai décrite plus haut, toutes ces solutions seront probablement inefficaces.

Si tel est le cas, je vous présente la solution magique. Il s’agit de la proposition de consommateur. Comme vous avez vu, si vous avez 50 000 $ de dettes, votre paiement minimum tournera aux alentours de 2 000 $. Or, cette somme est impossible à payer pour de nombreux individus. À moins qu’ils ne décident de ne plus manger, boire et se loger.

En revanche, si vous avez une dette de 50 000 $ et que vous optez pour une proposition de consommateur, vous pouvez pousser un gros ouf de soulagement. En effet, nous pouvons facilement négocier des paiements mensuels de l’ordre de 250 $ ou 300 $.

C’est beaucoup moins que 2 000 $, n’est-ce pas ?

La magie qui vient avec la proposition de consommateur est le fait que les intérêts de vos dettes sont carrément éliminés.

Je vous invite à lire toutes les réponses aux questions sur la proposition de consommateur afin d’avoir une meilleure compréhension sur cette solution à l’endettement.

ATTENTION !

Elle n’est pas adaptée à tout le monde. Elle est uniquement conçue pour les individus ayant des problèmes pour s’acquitter de leurs paiements minimums et qui sont soucieux de leur bien-être financier.

Que retenir ?

Une seule phrase : le paiement minimum est mauvais pour vos finances et n’est qu’un moyen pour que vous payiez plus d’argent à votre institution financière. Et ce, même avec les nouvelles mesures apportées à la Loi sur la protection du consommateur.

Si vous avez du mal à rembourser vos dettes ou à effectuer vos paiements minimums, il est grand temps que vous songiez à d’autres solutions pour combattre vos dettes. Et il en existe un paquet.

Pour que vous puissiez choisir la meilleure, je vous propose de réserver un rendez-vous gratuit avec un de mes conseillers pour que nous puissions analyser votre situation financière au cours d’un premier entretien GRATUIT.

Ensuite, nous vous donnerons toutes les informations sur les différentes solutions qui peuvent vous aider. Que ce soit nous qui proposons la solution ou une autre entité, peu importe, l’important est que vous puissiez faire un choix éclairé pour retrouver une vie financière épanouie.

Je veux avoir toutes les informations sur les solutions de désendettement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Déterminez la solution salvatrice à vos problèmes financiers

Planifiez un entretien gratuit avec nos conseillers afin que nous étudions ensemble votre vie financière et que nous puissions l'orienter vers le pays de la verdure financière !

Je veux avoir toutes les informations pour me sortir de l'endettement